16 novembre 2014

Respire

Est-ce le contexte : des critiques presse quasi-unanimes, une bande-annonce rythmée, une salle avec plus de 30 personnes? Je m'attendais à aimer, à en ressortir chamboulée, retournée. Au final, j'en suis sortie mitigée. 

Mélanie Laurent nous raconte avec froideur et esthétisme un drame sur une relation amicale qui va virer à l’enfer. En 1h32, elle radiographie la relation pervers narcissique au travers de l'histoire de deux adolescentes de terminale: Sarah et Charlie. 

Commençons par les points forts: les actrices, sublimes (l'adolescence en oublie certaines parfois). Joséphine Japy et Lou de Laâge, aussi brillantes l'une que l'autre. La proie, brune, douce semble attirée comme un aimant par la sulfureuse Lou de Laâge, fascinante, magnétique et perverse. 
Mais je n'ai jamais été emportée, sûrement car l'identification en ce qui me concerne est impossible. Ni proie, ni victime, je cherchais en vain à quoi/qui me raccrocher. Je crois que celle qui me ressemblait le plus c'est l'amie d'enfance (Victoire), abandonnée par Charlie pour la fascinante Sarah. Mes années de terminale ressemblaient-elles a cela ? Vous citiez Nietzsche en terminale, vous lorsqu'on vous interrogeait sur la passion ? Mes vacances de la Toussaint n'étaient jamais peuplées de bellâtres, d'infusion basilic-abricot, ni de mobile-home en bord de mer. 
Reste que le film est résolument esthétique : l'image est léchée, la réalisation froide, brumeuse, parfois glaciale, parfois à la limite de l'artifice. 
Enfin, peut-être pour en faire un film plus intemporel sur le pervers narcissique (on en parle beaucoup ces dernières années mais ils ont toujours existé), Mélanie Laurent ne "date" jamais son propos. Sommes-nous bien en 2014 ? Ouùsont les iPhones, Twitter et autres Facebooks. A l'heure actuelle quand on sait avec quelle facilité on peut détruire quelqu'un en quelques clics (une vidéo compromettante, des photos, voila une réputation salie), Mélanie Laurent l'oublie (délibérément ?).
Malgré tout, et c'est le point fort du film, brillent deux actrices...

4 commentaires:

  1. Délibérément bien sur : on voit juste le tel sur une table! Mais y a plus france inter ds ton village???ad

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein?? Je ne comprends pas ! Quel téléphone? Pourquoi france inter?? Bisous

      Supprimer
  2. Sur France inter elle était interviewée et elle a dit qu'elle avait bcp réfléchi aux réseaux mais quelle ne voyait pas trop comment le filmer sans sur ce soit pénible et q c'est un pb intemporel
    Sur une image on voit un smart phone trainer et de la le spectateur peut imaginer q ça se passe aussi par les réseaux... A priori tu es une mauvaise spectatrice tu n as pas vu LE téléphone!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffffff!! Biensur que j'ai vu le tel que la table de nuit: un Nokia de 2004! Impossible d'aller sur internet!!

      Supprimer

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)