14 janvier 2012

Parlez-moi de vous

C'est l'histoire d'une femme pleine de contradictions qui recueille les confidences nocturnes des auditeurs d'une émission radiophonique. Au micro, elle est dynamique, généreuse, drôle....mais une fois le casque posé, se révèle obsessionnelle (la scène du changement de Louboutins quand elle regagne son appart est extra), maniaque, égoïste et profondément seule, refusant l'approche du bel et jeune Duvauchelle...Le veut-elle? est-ce une forme de protection, de défense? petit a petit on entrevoit l'origine de ses angoisses, l'abandon par une mère qu'elle cherche désespérément...Karine Viard est époustouflante, incarnant a merveille cet étonnant personnage qui refuse l'amour tout en le recherchant ardemment. A la fois sensible et drôle....
C'est le premier long métrage de Pierre Pinaud, et je trouve que pour un premier film, c'est du lourd. Duvauchelle monte dans mon top 3 de mes acteurs français préférés.
Un très beau moment de cinéma...


6 commentaires:

  1. Je vais le voir ce soir au ciné, je pourrai donc t'en parler demain, bisous!
    Dr Quinn.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un joli film pour un joli moment de cinéma. 1er film? Bravo! Karine Viard y est radieuse et je l'ai trouvée très belle. 2 moments forts me reviennent en mémoire: le premier c'est celui où Mélina se retrouve dans la cuisine avec celle qui l'a abandonnée 40 ans plus tôt, les deux femmes discutent et la question des origines surgit... "et toi tu viens d'où?"...Peut-on répondre à cette question quand on a vécu toute sa vie en dehors de soi? Le deuxième, signe une fin inattendue et dure, Mélina supplie sa mère de lui dire "je t'aime" sous peine de la débrancher de l'oxygène! En effet on s'attendait tous à une mère tendre et réparatrice et on se retrouve avec une femme usée et désinvolte...indifférente.
    On rigole aussi dans ce film de toutes les petites manies de Mélina (scène au resto jap ou dans son bureau où tout doit être nickel et droit!). C'est filmé avec beaucoup de délicatesse, très jolis plans d'une silhouette fragile s'éloignant seule dans les couloirs de la radio.
    Bref, il fallait le voir!
    Dr Quinn.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. Quelle jolie critique dr Quinn!!
    PS: au fait, t'as échappé a dr Sylvestre! dr quinn c'est bcp plus classe! Combien de transfusion avec un boyaux de cheval? et combien d'indiens sauvés aujourd'hui?? bisous

    RépondreSupprimer
  4. Revu hier et encore plus apprécié. Karine viard est sublime, dure et fragile a la fois, perdue dans ses habitudes et bouffée par ses angoisses!! j'aime j'aime, j'adore.

    RépondreSupprimer
  5. Je confirme. Karine Viard fait un magnifique numero de femme à double visage, qui se mure dans une sorte de sécheresse et de maniaquerie obsessionnelles pour masquer ses failles, ses fragilités et surtout une "absence" profonde de son enfance. Duvachelle est magnifique dans la douceur étonnée et fascinée. Très beaux plans de visages, de regards, d'atmosphèe. Et de plus un film qui ne peut laisser indifférent sur le fond même du problème. Bref, j'ai aimé!...

    RépondreSupprimer

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)