21 mars 2014

Les gazelles

Ils avaient sorti l'artillerie lourde à l'UGC hier soir : avant-premiere bondée, réalisatrice (Mona Achache), producteurs et actrices (Camille Chamoux et Joséphine de Meaux) pour un film somme toute sympathique mais pas inoubliable

C'est ce que l'on pourrait qualifier de "film d'une époque". L'histoire c'est celle d'une jeune femme de 30 ans, bientôt propriétaire d'un appart dont elle a déjà choisi les carreaux de la salle de bain et endettée pour 30 ans ("c'est autant que moi" dit-elle). Elle vit avec un homme qu'elle connaît depuis la terminale S2 et qu'elle connait par cœur, si bien que les petit détails du quotidiens ont fini par l'insupporter. Sur un coup de tête, réalisant que ce qui l'attend ne la fait pas rêver, elle plaque cet homme qui ne remarque plus ses fossettes, fait des blagues un peu vaseuses, renifle sans se moucher. Perchée sur un velib' en mode celib', la voilà entre deux mondes, celui de ses "anciennes" copines casées, futures mères et ses nouvelles potes, célibattantes et fières de l'être, qui picolent et s'ornent de paillettes à la nuit tombée pour aller rouler des pelles en boîte et se prouver qu'elles sont libres.

C'est donc une histoire de choix, de (vraie?) liberté retrouvée, de soirées, de vodka, de barbus d'un soir, d'angoisses de femmes de 30 ans à nouveau sur le marche du célibat... sauf qu'à trop vouloir présenter la femme de 30 ans sans tabous, libre sexuellement et sentimentalement, on tombe un peu dans la caricature! A tel point qu’à l’issue de la projection,  la polémique a gonflé dans la salle: certaines sont monté(e)s au créneau, alors que d'autre applaudissaient, une très jeune fille avait des sanglots dans la voix ("que de sensibilité!" a-t-elle dit à la réalisatrice), d’autres semblaient sceptiques…quant aux hommes, je ne sais pas trop.

En ce qui me concerne, je suis mitigée:
Le film a des qualités, c'est certain, à commencer par le titre : « Les gazelles », il est bien trouvé (la réalisatrice nous a expliqué que le premier titre était "la loi de la jungle", non retenu car trop "guerrier"). C'est vrai qu'à l'instar des gazelles, ces nanas là vivent en bande, le groupe les rend fortes. Et puis elles semblent fragiles sur leurs petites guiboles mais rapides lorsqu'il s'agit de réagir (se barrer la première notamment!)
Le ton du film est punchie : les répliques fusent, le rythme est soutenu et on ne s'y ennuie pas mais c’est un peu excessif et carricatural : l’interrogatoire culpabilisant des parents, les collègues dépressifs, les mecs d’un soir qui demandent de desendre la poubelle au petit matin. On frôle le cliché non? 
En fait, je pense que j'en attendais trop, espérant déjà la comédie originale 2014, reflet d’une génération alors qu’il s’agit juste d’une comédie un peu déjantée et plutôt fraîche. Point final. 

PS: je m’insurge, le dimanche, contrairement à ce que prétend le film  n’est pas forcément "l’épreuve ultime de la célibataire" (pour peu qu’elle aime bouquiner, aller au ciné, ou voir des copines, je vous assure : on survit !!)



2 commentaires:

  1. Je te trouve un peu dure. C'est vrai que c'est très caricatural (surtout les personnage masculins + la collègue avec son chien) mais il me semble que c'est totalement assumé. Un bon divertissement.
    En passant : la pauvre Joséphine de Meaux qui est vraiment astreinte à des rôles d'hystériques.

    Le cinéma français ne peut pas sortir un "Bienvenue chez les ch'tis" (ton film préféré je crois) à chaque fois ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben, non, on est d'accord!! bien mais un peu excessif...
      quant à ton commentaire sur les chtis, je ne relève même pas!!!! :P

      Supprimer

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)