4 avril 2014

Regarde les lumières mon amour d'Annie Ernaux

Quel pertinence! Quel regard! 
Ou comment allier talent d’écrivain et étude sociologique. Annie Ernaux (dont je n'avais rien lu jusque là) s'est glissée pendant un an dans un hypermarché Auchan, s'est fondue à la masse, a scruté les détails, les visages, les comportements. En 70 pages, on la suit avec un plaisir infini dans ses rayons sans fin, on fait la queue avec elle, on tâte les fruits, on s'énerve contre un chariot réticent mais surtout on s'émerveille de son analyse si fine. Je l'ai lu d'une traite et reposé à regret, en me disant "j'en aurais bien pris une deuxième part!"
Enfin, j'adresse un double merci: à l'humeur vagabonde d'abord pour cette jolie interview de l'auteur, entendue un soir de retour du boulot (Annie Ernaux s'y dévoilait, lisait quelques extraits et nous mettait l'eau à la bouche) et au billet de "Sans connivence" ensuite, qui a fini de me convaincre de foncer acheter ce livre (au prix dérisoire). 

2 commentaires:

  1. Heureux que tu l'aies aimé !!!! Le reste de son oeuvre est tout aussi magnifique et universelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de me l'avoir fait acheter: ce fut sans regret!!!

      Supprimer

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)