29 mai 2014

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Bien que n'ayant pas adoré le bouquin que j'avais trouvé un peu long, j'avoue qu'il m'avait malgré tout séduite par son originalité. L'histoire était si atypique, frôlant presque l'irréel parfois, que j'avais du mal à envisager des images, des personnages en chair et en os. Et se posait aussi la question des flashbacks, des rencontres d'Allan avec les grands de ce monde (Franco, Stalline, Reagan etc.). Comment les rendre crédibles et les intégrer à l'histoire ? Comment faire vieillir Allan? Le résultat est loin d'être catastrophique voire convaincant même si on est loin du chef d'œuvre. D'abord parce que fidèlement au best-seller, il y a beaucoup d'originalité et de fantaisie dans le film. Ce qui pêche un peu c'est peut être le côté thriller (le jeu du chat et la souris avec le flic et le gang) qui était très présent dans le livre. Dans la version cinématographique, c'est plus le road trip d'un duo/trio/quatuor improbable qui marque les esprits. Quant au "suédois", il rajoute un certain charme, comme une sorte de langage incompréhensible qui incite le spectateur à se laisser bercer par le côté loufoque (quasi absurdes) de certaines scènes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)