17 février 2014

Week-ends

A peine sortie de l'avant-première. 
C'est une histoire de couples. Une histoire d'individus. 4 très exactement, vus au travers de weekends, des weekends seulement. Le côté ville on ne le voit jamais, tout se concentre sur les weekends dans leurs maisons secondaires en Normandie.
Christine c'est Karine Viard, son homme c'est Jacques Gamblin. Ils ont comme amis de toujours et voisins Sylvette et Ulrich, un couple assez stable, ancré dans une routine qui leur convient (Note pour plus tard: quand ton mec remet son peignoir/robe de chambre APRÈS s'être mis au lit, ça sent pas forcément le roussi!) 
Un jour Christine est quittée par Jean et tout bascule: les weekends sonnent alors de plus en plus faux, les apéros n'ont plus le même goût...
L'idée est plutôt bonne; le jeu d'acteurs plutôt convaincant néanmoins je n'ai pas ressenti grand chose. Un manque de maturité de ma part sans doute. Probablement aussi une grande difficulté à m'identifier aux personnages, ces couples de 55 ans, qui se déchirent, qui ne s'aiment plus tout à fait comme avant. Les dialogues, très restreints veulent nous montrer un quotidien, un quotidien qui prend le dessus sur le désir, sur la passion. Et puis, ça sonne parfois faux, comment des amis de "si longues dates" peuvent-ils ne jamais se donner de nouvelles la semaine (à l'heure du SMS!)?? 
Bref, ça n'a pas fait pas vibrer beaucoup de cordes en moi. 
Peut être que si je le revois dans 20 ans, ça me causera!
NB: l'avantage d'une avant-première ce sont les mots du (de la) réalisateur(trice)...Hier soir, ses motivations étaient plus que touchantes!  

5 commentaires:

  1. Comme les gens heureux n'ont pas d'histoire, c'est toujours difficile à filmer. Alors le réalisateur se rabat sur les couples en crise, thème récurrent au cinéma. Le sujet est vaste et les situations variées. Quel enseignement nous apporte ces films ? Pas grand chose, la vie se chargeant de nous apprendre la règle du jeu dans un scénario souvent plus cruel et douloureux.
    Tu n'as pas pas ressenti grand chose, écris-tu ? Peut-être parce que les acteurs n'exprimaient eux-mêmes pas grand chose.
    Manque de maturité de ta part pour comprendre cette situation ? Qu'est ce que la maturité : un truc qui mûrit puis qui tombe et s'écrase au sol. Nous serions alors des êtres désillusionnés et sans saveur. Ne soyons pas pressés avec la maturité du sentiment !
    Avec la maturité, plus de risque, plus de passion, et souvent une gestion comptable de nos émotions.
    L'amour et le rire éloignent de nous l'ennui et la routine. Le reste sont des containgences qu'il faut régler du mieux possible.

    Ecouter Mozart et les Pink Floyds

    Et revoir "The Lunchbox"


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher parnassius...merci pour ces conseils bonheur ;)
      (Lunchbox : je l'ai déjà vu deux fois)
      Par absence de "maturité" j'entendais une référence à une expérience passée, qq chose qui aurait fait echo.
      J'attends ton Avis après la projection...

      Supprimer
    2. La projection de weekends! Il sort le 26 février

      Supprimer
  2. C'est vrai que voir jouer Viard et Gamblin peut me plaire !

    Au fait, es-tu allée rencontrer Maylis de Kerangal la semaine dernière ?

    RépondreSupprimer

Ajouter votre avis, vos impressions, votre humeur :)